Mobilités internes des Enseignants du niveau Régional-MINESEC

Publié le par Jean Berny


Le processus d’affectation et mutation du personnel enseignant du MINESEC s’effectue comme suite :

  1. LES AFFECTATIONS

Les affectations concernent les professeurs nouvellement sortis de l’Ecole Normale Supérieure (ENS). Le ministère met à la disposition des régions un certain nombre d’enseignants dont il est le seul à maitriser les critères de répartitions (qui pour la plus part du temps procède par péri équation en divisant le nombre d’enseignant disponible par le nombre de régions (qui est de dix)).

Au niveau de chaque région, particulièrement dans la région du centre une commission ad hoc siège. Celle-ci est créée par le ministre et est constituée du Délégué Régional, des Délégués Départementaux et des Inspecteurs Coordonnateurs. Elle procède aux affectations des enseignants dans les différents Etablissements. Pour y parvenir, chaque Délégué Départemental présente au préalable son état des besoins par spécialité. Ainsi, suivant le nombre d’enseignants disponibles ; la commission pourvoit à ces postes selon certains critères :

  • Zones rurales

  • Zones urbaines

  • Femmes libres et mariées

Pour les femmes mariées prendre en compte : femmes mariées en zones urbaines(Yaoundé).

Problèmes

  •  
    • Les enseignants disponibles généralement en nombre insuffisant ne peuvent combler les postes disponibles des établissements scolaires ;

    • Les interventions extérieures;

    • La prise en compte des textes qui stipulent que « femme mariée rejoint son époux » ( ?) ;

  1. LES MUTATIONS

Les mutations concernent les anciens enseignants ayant déjà passé plus de trois ans à leur poste d’affectation. Il est donc question de les déplacer à un autre poste.

Problèmes

  • Le remplacement numérique n’est pas systématique à cause de la pénurie d’enseignants ;

  • Les postes ne sont pas toujours vacants après mutation, car les enseignants mutés justifient leur refus de les rejoindre par des documents fallacieux par eux confectionnés ;

  • Chaque enseignant rêve de travailler dans une grande zone urbaine (Yaoundé, Douala et Bafoussam (beaucoup plus Yaoundé)) ;

  • Chaque enseignant détient un parrain qui l’aidera même sans remplacement numérique.

 

ESQUISSE DE SOLUTIONS

Il serait souhaitable pour une répartition judicieuse et efficiente des enseignants, et pour pourvoir équitablement tous les établissements de la région, procéder de la manière suivante :

  1.  
    1. Faire une péri équation ; c'est-à-dire état de besoins disponible sur le nombre d’enseignant disponible multiplier par le nombre d’heure à couvrir

    2. Suivant le nombre d’enseignants disponible procédé à une répartition rotative consistant à satisfaire les départements par ordre alphabétiques et par discipline

  2. Tenir compte de la localisation géographique de chaque établissement par rapport aux grandes écoles et universités et ne commencer à satisfaire que ceux isolés.

  3. Prendre tout d’abord en compte les établissements ayant un grand nombre de classes d’examens.

  4. Pour les mutations, tenir compte de l’ancienneté, de l’état de santé et des sanctions disciplinaires.

 

 

 

 

Commenter cet article

Enseignant de brousse 06/04/2015 23:32

le processus actuel de mutation des enseignants au MINESEC est tout sauf logique et rationnel, il n'a d'autre objectif que de favoriser la corruption. En fait la part belle est faite aux chefs d'établissements et aux responsables des services déconcentrés véreux qui détiennent toutes les cartes en main. Sans blague, moi chef d'établissement, vous enseignant me demandez de donner mon avis sur votre demande de mutation? pile, vous etes un bon prof, je ne fais même pas suivre votre demande parce que je veux vous garder, face, vous etes un mauvais prof, et je devrais vous rendre ce service? ou est l'objectivité dans tout ça? seuls les services centraux devraient s'en occuper ceux rendrait la repartition des enseignants moins arbitraire

Yinwe Bernard 05/08/2014 18:42

Bonne Proposition de canevas à suivre pour affecter le personnel enseignant du MINESEC. Proposition à remonter aux décideurs.